Japan Pink Inc. Rotating Header Image

Apocalypse joyeuse au Japon (Université de Genève, 19 et 26 fev)

apocalypse joyeuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 2012, le site Internet de l’Université du Tôhoku abrite une « horloge démographique à retardement » qui, telle une bombe, fonctionne suivant le système du compte à rebours : elle indique le jour où il n’existera plus qu’un seul enfant japonais au monde. Le dernier. Cette projection alarmiste, bien sûr, n’a qu’une valeur symbolique mais elle frappe les esprits. Jugée coupable d’entraîner la nation vers l’extinction, la jeunesse japonaise doit faire face aux attaques : on l’accuse de mollesse, d’hédonisme et d’égoïsme. On l’accuse surtout de s’adonner à la consommation « addictive » de simulacres affectifs (épouses en 3D, petit copain à télécharger) et de se replier dans un confort démissionnaire. Par effet de réaction, la culture otaku accouche de produits « Fin du Monde » et fait de l’apocalypse le support de fantasmes érotiques ou ironiques dont je propose d’étudier les formes dans le cadre du séminaire de Youri VOLOKHINE « Religions, climat et catastrophe », à l’Université de Genève, Bâtiment de philosophes, salle PHIL 211.

L’événement est organisé par l’Association des étudiants ESTASIA (à qui je dois tout et notamment la magnifique affiche de la conférence), en partenariat avec la Maison de l’Histoire.

Rendez-vous Mercredis 19 et 26 février 2020, de 16h15 à 18h00.

Leave a Reply