Japan Pink Inc. Rotating Header Image

« A l’heure où notre conception de l’humain vacille »

PERSONA_2711_SS_LOGO_V1_274-411Mardi 26 janvier, le Musée du Quai Branly inaugure une exposition à laquelle j’ai (un peu) contribué : Persona. Etrangement humain. «Comment l’inanimé devient-il animé ? Comment l’homme instaure-t-il une relation insolite ou intime avec des objets ? Un groupe d’anthropologues s’est penché sur ces questions, à l’heure où notre conception de l’humain vacille et que ses frontières ne cessent d’être repoussées.» Le commissaire d’exposition – Emmanuel Grimaud – qui faisait partie du jury de ma soutenance de thèse, m’a demandé quelques contacts pour la partie love doll. Vous pourrez donc voir, dans l’exposition Persona, une poupée de silicone conçue par la firme japonaise 4Woods (commercialisée sur la France par la firme Doll Story), ainsi qu’une vidéo de mariage avec une poupée.

La vidéo a été réalisée par Yoshitaka Hyôdô (兵頭喜貴), un photographe très connu dans le milieu des fétichistes de poupées : il compte à son actif plusieurs expositions de photos réalisées « en famille » qui le montrent en compagnie de ses partenaires de silicone, dans des décors d’hôpitaux en ruine ou de souterrains désaffectés. Hyôdô gagne sa vie comme salarié dans un hôpital. Il est fétichiste des mannequins qui servent à l’entraînement des médecins, mais aussi des dossiers médicaux de grands mutilés de guerre et des uniformes de la Seconde Guerre Mondiale. Je l’ai croisé pour la première fois dans la soirée mensuelle Department H, organisée par Imaizumi Van Gogh :  on l’y trouve toujours habillé en fantassin, parfois accompagné de love doll en uniformes d’infirmière des années 40. Il tient un stand où il vend les DVD de son mariage avec sa poupée Haruna.

hyodo5

Cette vidéo – intitulée «Le Banquet des adorateurs de figures humaines» (Mozô jintai aikôka no shukuen, 模造人体愛好家の祝宴) – a été réalisée lors du mariage de Hyôdo avec sa première love doll, le 23 novembre 2008. Il s’agissait d’un mariage pour rire (au Japon, comme ailleurs, seule l’union entre humains est légale), prétexte à faire la fête en compagnie d’amis complices. La vidéo se déroule dans une cave. Aux côtés de Haruna, dans une jolie robe de soirée et les mains menottées (Haruna est SM), Hyôdô, qui porte un élégant complet, convie les invités à prendre la parole, ce qu’ils font dans l’ordre de préséance, en détournant les termes en usage dans les banquets de mariage. Hayashi Takurô, le représentant de la firme Orient Industrie (qui a «donné naissance » à Haruna) prend le premier la parole, se félicitant de voir qu’une «fille» d’Orient Industrie se soit trouvé un si beau parti. Tout le monde rit. La vidéo est produite par une compagnie fictive : Super Hentai production. C’est Hyôdô lui-même qui s’est auto-édité. La vidéo sera donc visible au Quai Branly, avec des sous-titres. Il en a cédé gracieusement les droits pour l’exposition. Merci à lui !

Si vous voulez l’acheter : l’artiste vend sa vidéo sur un stand aux soirées «Department H», qui se déroule à Tôkyô. Elle est en chroniquée sur ce site Internet.

hyodo4

Persona, au MUSÉE DU QUAI BRANLY : 37 quai Branly, Paris 75007.
Horaires d’ouverture : Mardi, mercredi, dimanche, de 11h à 19h / Jeudi, vendredi, samedi, de 11h à 21h. Fermeture hebdomadaire le lundi.

Mardi 2 février : une perversion à la Villa Arson

Le 2 février, à 18h30, l’artiste Frédéric Clavère, maître des têtes à queues grinçants et des Vanités lucides, m’invite  pour une conférence à l’école d’art VILLA ARSON (Nice), sur le thème : « La fille-poupée au Japon : entre esthétique et perversion »

Ryo YoshidaIl existe au Japon une forme d’art à part entière, née dans les années 70 : l’art des poupées articulées à joints sphériques (kyûtai kansetsu ningyô). Elle prend curieusement naissance dans une revue de mode et d’ikebana, plus précisément dans un article consacré à Hans Bellmer, le tout premier texte qui lui soit consacré au Japon. L’article est rédigé par un célèbre critique d’art, essayiste et traducteur : Shibusawa Tatsuhiko (1928-1987). Chantre des avantgarde et découvreur du Marquis de Sade, il est celui par qui le scandale arrive. C’est lui qui traduit L’Histoire de Juliette et popularise le fantasme des poupées, fantasme dont les ramifications se répandent à travers le pays sous des formes spectaculaires. L’art des poupées articulées – qui s’inscrit dans un contexte d’agitation politique et de terrorisme – articule l’esthétique au déviant et le beau au pathologique. En étudiant les origines de cet art, j’aimerais questionner le lien secret qui unit la création à la perversion.
Mardi 2 février 2016. 18h30, dans le grand amphithéâtre de la Villa Arson, en accès libre et gratuit.

Samedi 16 janvier : Geek Faeries

Capture d’écran 2016-01-16 à 21.14.04« Festival en streaming », qu’est-ce que c’est ?

Samedi 16 janvier, de 22h à 23h, me voilà l’invitée des Geek Faëries On The Web : un festival dématérialisé, produit d’une innovation technologique inédite en France, qui se déroule du 15 au 17 Janvier 2016 sur Internet. Ce festival est une création de l’équipe des Geek Faëries gratuite et accessible depuis son canapé, qui ne vous demande qu’une chose… rester chez vous et entendre parler de sexe, de Japon, d’objets sexuels connectés et de mythes anciens, réactualisés par le biais de ce que l’on prend à tort pour de dangereuses « mutations »…

Le Programme de l’édition 2016
L’affiche des Geek Faëries On The Web V4.0 (réalisée par Fanélia)

Mercredi 16 déc. : La pornographie, nouvelle frontière culturelle ?

Mercredi 16 décembre, entre 16h30 et 18h, j’anime un débat sur l’avenir de la pornographie – en accès libre et gratuit – au théâtre Gaité Lyrique, dans le cadre de l’EuropeanLab Paris Winter forum.

Les trois acteurs du débat sont le sociologue Florian Vörös, le créateur du Tag Parfait Stephen des Aulnois et l’actrice-animatrice (« porn to be wild » sur Oui FM) Anna Polina, très au courant des expérimentations que la maison Dorcel mène dans le champ des nouvelles technologies.

1551774_383862221792206_8719559681293638172_nTitre du débat : La pornographie, nouvelle frontière culturelle ?

Organisation : European Lab Paris, Winter forum (du 15 au 17 décembre). Imaginé en écho au forum European Lab créé à Lyon en 2011, ce forum d’hiver rassemblera une cinquantaine d’intervenants et plusieurs centaines de participants autour d’une thématique unique : «2025: la prochaine décennie culturelle».

Lieu : Théâtre de la Gaité Lyrique, 3 bis rue Papin, 75003 Paris.

« L’érotisme japonais est-il érotique ? »

Mardi 1er décembre, de 18h à 20h, je fais une mini-conférence intitulée «L’érotisme japonais est-il érotique ?» au Musée d’Ethnographie de Genève.

Cette conférence de 20 minutes sera suivie d’une rencontre-débat avec la psychiatre Juliette Buffat qui parlera en contre-point de Capture-d’écran-2015-11-23-à-20.15.40l’érotisme en Suisse et France… La soirée s’intitule «Érotisme: regards croisés entre le Japon et l’Occident». Elle sera suivie d’un débat modéré par Georges Breguet, vice-président de la SAMEG (Société des Amis du MEG).

Le pitch de la soirée : «En Suisse ou au Japon, l’érotisme et la sexualité ne sont pas du tout perçus de la même manière. Que savons-nous de ces différences de regards, de croyances, d’approches et de pratiques ?».

Auditorium du MEG (Musée d’Ethnographie de Genève) : Boulevard Carl-Vogt 65-67, 1205 Genève.
Accès libre et gratuit.
Cet événement a lieu dans le cadre de l’exposition Le bouddhisme de Madame Butterfly. Le japonisme bouddhique (Du 9 septembre 2015 au 10 janvier 2016)

Mercredi 25 nov. : « Acoustique de l’érotisme »

Capture d’écran 2015-11-23 à 19.37.44Mercredi 25 novembre, à 23h, France Culture diffuse  «Acoustique de l’érotisme», un documentaire de Franck Thoraval qui interroge la place du son dans notre univers sexuel.

L’émission évolue à travers le labyrinthe d’expériences en apparence éloignées : un apiculteur décrit les sensations produites par le bruit des ruches ; Marie Lisel (hypnotiste et acousmate) parle de l’esthétique kinesthésique ; Michaël Andrieu (Docteur en Musicologie) évoque la culture musicale érotique ; la surréaliste Annie Le Brun (spécialiste de Sade, Jarry et Raymond Roussel, poète et écrivain) aborde le lien de la vibration et du corps…

Quant à moi, présentée comme «le fil d’Ariane» (?), je parlerai entre autres de ces scénarios de viols oniriques appelés  «Amant-oreiller» (kare pirô, 彼ピロー) qui sont commercialisés au Japon sous la forme de CD produits en binaural. Ces CD faits pour les femmes – plus particulièrement celles qui dorment avec des images en trompe l’oeil de mauvais garçons – plongent leurs auditrices au coeur même de l’action : les voix qui chuchotent dans leur lit laissent traîner des zones de blanc… Ces simulations de dialogues amoureux font partie de dispositifs envoutants qui visent à créer de la présence hors du drap vide.

« Acoustique de l’érotisme » : à la rencontre du Minotaure…
Avec Audrey Dy Na & Robin Furs, Marie Lisel & Tristan Trémeau, Michaël Andrieu, Annie Lebrun et Benjamin Lazar. Musique de Sylvain Le Formica et chargée de réalisation Nathalie Battus.
De Franck Thoraval, réalisation Nathalie Battus
Musique originale de Sylvain Ollivier

Journée d’étude sur les perversions

Mardi 17 novembre, j’ai la chance de participer à une journée d’études organisée par l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), avec la collaboration de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et du Centre Alexandre-Koyré (CAK), sur le thème « Sujets déviants, sujets pervers« .

Mon intervention s’intitule : « La fille en boîte : naissance d’une perversion au Japon ». J’y parlerai de Shibusawa Tatsuhiko (澁澤 龍彦, 1928-1987) – traducteur de Sade, chantre du surréalisme et des avant-gardes –, dont les écrits ont eu un impact considérable sur la production d’objets et d’images érotiques au Japon. Dès 1969, dans un écrit intitulé « Le complexe de Descartes », il répand au Japon la légende selon laquelle Descartes s’était fait faire une poupée à l’image de sa fille morte Francine et qu’il la transportait partout avec lui, afin – dit Shibusawa – de « la caresser ». Au fil des années, Shibusawa ne cesse de revenir sur ce thème, que l’on peut suivre comme un des fils rouges de sa pensée et qui connaîtra au Japon une fortune immense.

sujets déviants-FMSHDate : 17 novembre
Organisateurs : Guillermo de Eugenio Pérez et Marianna Scarfone
Participantes : Julie Mazaleigue-Labaste, Lola Gonzalez Quijano, Amandine Malivin, Mari Paz Rodriguez Diéguez et Eva Yampolska.
Lieu : Salle 318, EHESS, 190-198 av. de France, 75013 Paris.

Programme de la journée : accès libre et gratuit. Ouvert au public.
10:00-10:30 : Antonella Romano, directrice du Centre Alexandre Koyré (CAK-CNRS-EHESS): « Introduction »
Guillermo de Eugenio et Marianna Scarfone (CAK): « Bienvenue »
10:30-11:45 = Julie Mazaleigue-Labaste (Univ. de Picardie Jules Verne, CHSSC): « Les limites de l’acceptable : petites et grandes «perversions»“.
Amandine Malivin (Univ. Paris 7, ICT): “Le nécrophile, pervers insaisissable (France, XIXe siècle)
12:00-13:15 = Guillermo de Eugenio Pérez (CAK): “Le parcours du masochiste: de la Perversion à la Transgression“.
Mari Paz Rodríguez Diéguez (Univ. Paris 8 – Hôpital Ville-Evrard): « La psychanalyse, est-elle homophobe? »
13:15-15:00 PAUSE DÉJEUNER
 15:00-16:15 = Marianna Scarfone (CAK): « L’incorporation de l’ordre colonial: lois raciales, psychiatrie, sexualité ».
Agnès Giard (Sophiapol EA3932): « La fille en boîte : naissance d’une perversion au Japon »
17:00-18:15 = Lola González Quijano (EHESS-CRH-LaDéHis-GENRE): « Performer un mauvais genre : la demi-mondaine au XIXe siècle« .
Eva Yampolski (CAK – Ermory Univ. -Univ. Lausanne IUHMSP): « Le suicide, entre perversion de l’instinct et perversion morale »
18:15-19:00 : Table Ronde

Le Sexe bizarre publié au Japon

Le Sexe Bizarre, – publié aux éditions du Cherche Midi en 2004, réédité par les éditions Tabou en 2010 –, va enfin être publié dans sa version japonaise. Les éditions Sakuhinsha (作品社), qui planchaient sur la traduction et la mise en page depuis plus de huit ans, m’informent tout à coup que l’ouvrage sera en librairies… dans trois jours. Cela tombe un peu du ciel. Je pensais que le livre ne sortirait jamais et voilà qu’on m’envoie la date de publication : 30 octobre 2015. Amazon Japan le met déjà en pré-commande, avec l’argumentaire suivant :

517PEpLezOL._SX350_BO1,204,203,200_

世界で最も“特殊なSEX »とは何か?
Quelles sont les formes les plus particulières de sexe au monde ?
下着フェチから手足切断フェチまで、獣姦プレイから武器プレイまで。
Du fétichisme des dessous à celui de l’amputation, de la zoophilie aux jeux de guerre…
驚愕の294態の“ビザールな快楽 »を愛好家たちの秘蔵画像とともに一挙公開!
Voici maintenant révélés au public 294 « plaisirs bizarres », en même temps que les images d’authentiques amateurs.

Titre : “特殊性欲 »大百科  – Tokushu Seiyoku Daihyakka (littéralement : “Encyclopédie du désir sexuel particulier“)
Sous-titre : “ビザール »の生態学 – Bizarru no seitaigaku (Etude des mœurs « bizarres »).

Mercredi 14 oct. : conférence au Quai Branly

Catherine Clément, Directrice de l’Université populaire du musée du quai Branly, philosophe et romancière, m’invite à faire une conférence sur la culture érotique japonaise dans le cadre d’un Cycle intitulé Décalages.
Elle m’invite en compagnie de Catherine Millet qui, de son côté, parlera de la culture érotique française. Les deux conférences (d’environ 20 minutes chacune) seront suivies d’un débat croisé et de questions du public.

 
Capture d’écran 2015-10-08 à 10.49.08L’événement dure une heure trente. Il aura lieu au Théâtre Levi-Strauss qui se situe à l’intérieur du Musée du Quai Branly.
Le cycle de conférences « Décalages : les autres et nous » confronte les points de vue sur les différentes façons de s’aimer selon les époques, les genres et les cultures. Le Cycle comprendra, en 2016, une confrontation sur les amours métisses aux Etats-Unis et en France (avec l’écrivain Sylvie Laurent et la sociologue Gabrielle Varro), une soirée sur la polyandrie et la polygamie (avec l’ethnologue-sinologue Brigitte Baptandier), une rencontre autour du sadomasochisme et des serial killer (avec les psychologues Tobie Nathan et Jean-Luc Swertvaegher), etc. Alain Badiou et Catherine Clément clôtureront cette thématique en s’interrogeant sur l’existence de l’amour.
Calendrier des conférences 2015-2016 au Musée du Quai Branly.

Mercredi 14 octobre 2015, 18h30 : « La culture érotique japonaise et française »
Entrée libre et gratuite.

Musée du Quai-Branly : 218 rue de l’Université OU 37 quai Branly, 75007 Paris.

Réédition du Dictionnaire de l’amour et du plaisir

Martin Quenehen m’invite le 4 août 2015 à La Grande Table, de 13h30 à 14h, pour parler en direct sur France Culture du Dictionnaire de l’amour et du plaisir au Japon. Cet ouvrage vient en effet d’être réédité par Glénat-Drugstore avec une couverture rigide. Il était épuisé depuis près d’un an. Le podcast est là.

ageha-kinoko

 

 

 

Brigitte Lahaie m’invite le même jour sur RMC, dans L’Amour, Lahaie et vous, de 15h30 à 16h, pour parler de SM. L’occasion d’aborder aussi la question des cordes et de la différence entre le bondage et le shibari. Le podcast est ici.