Japan Pink Inc. Rotating Header Image

Les machines pour créer l’amour (revue Hermès n°84)

Le numéro 84 de la revue Hermès (publiée aux éditions CNRS) vient de sortir sur le thème «Les Incommunications» , coordonné par Franck Renucci & Thierry Paquot. J’y participe avec un article consacré aux robots de chasse à l’époux-se (konkatsu robotto) et aux logiciels pour créer l’amour.
.
12765_hermes_84Résumé de l’article. En Occident, il est mal vu d’utiliser des outils numériques pour entamer une relation amoureuse. Les rencontres en ligne, par exemple, ne sont pas perçues comme quelque chose de très romantique. Quant aux rencontres assistées par ordinateur, elles sont fortement associées à l’image d’un écran qui, comme son nom l’indique, fait écran, c’est-à-dire oblitère l’individu. De façon très révélatrice, au Japon, c’est justement pour cette raison que les machines sont considérées comme d’excellents moyens de faire une rencontre : elles garantissent une forme d’impunité. Cela peut sembler étrange bien sûr, dans la mesure où l’on pense nécessaire que des individus mettent en avant leur personnalité pour séduire. Dans l’Occident contemporain, en tout cas, l’apparition du sentiment amoureux est conditionné par ce que Michel Bozon nomme « la remise de soi », c’est-à-dire le fait de confier à l’autre des choses très intimes : un secret, tout d’abord, puis, si l’autre répond positivement, toutes sortes d’informations privées ou d’objets personnels… Le script amoureux occidental repose sur le dévoilement du « vrai » moi.
Il semblerait qu’au Japon, le script ne soit pas le même et qu’on puisse initier une relation amoureuse sur d’autres bases, à l’aide d’outils destinés à se rendre anonyme.
.
Giard, Agnès « Affects électroniques au Japon. Les systèmes de rencontre par machines interposées », in:  Hermès n°84 , coordonné par Franck Renucci & Thierry Paquot (ed.) «Les Incommunications», Paris, CNRS, 26 sept. 2019.

Leave a Reply