Japan Pink Inc. Rotating Header Image

Les gadgets électroniques asseptisent notre sexualité?

A Strasbourg, depuis sa création en 2010, le Forum Européen de Bio-éthique, organisé par Israël Nisand, fait toujours salle comble au point que les tables rondes sont maintenant diffusées en direct sur Internet. Cette année, honneur honneur : la table ronde à laquelle je participais (en compagnie de Serge TISSERON et Carole BURTE) faisait la clôture de l’événement, samedi 7 février. Intitulée « La sexualité de demain », elle m’a permis d’aborder la question des technologies amoureuses au Japon comme une sorte de cas « bon à penser » pour réfléchir sur ce que les médias décrivent volontiers comme une invasion de sex-robots et de gadgets « trop » attachants.

Capture d’écran 2020-02-13 à 18.36.42

L’argument de la table ronde était le suivant : « Faire l’amour avec un robot, faire l’amour à distance, assouvir tous ses fantasmes, décupler son plaisir, améliorer ses performances, modifier l’apparence des appareils génitaux, trouver des partenaires sur internet et jouir à la demande, cela pourrait bien être la sexualité de demain. Mais le risque, lorsqu’on évolue dans une société qui marchande nos désirs et nos plaisirs à grand renfort de nouvelles technologies, n’est-il pas finalement d’appauvrir ou d’aseptiser notre univers fantasmatique ?« .

Leave a Reply